:::: MENU ::::

Aaron Swartz (1986-2013)

Blog, Divers, Web / Internet

Aaron Swartz (1986-2013)

A propos

Ceci est un article que j’ai écrit pour le Flash Informatique de l’EPFL dans le cadre de la rubrique Logiciels Libres. Il est sous licence Creative Commons BY-SA 3.0 / N. Borboën.
CC by-sa

L’article est paru dans l’édition du FI 1 du 2 février 2013 et est disponible en ligne et en pdf.

Aaron Swartz
Photo: Flickr/Creative Commons

Aaron Swartz (1986-2013), activiste Internet et jeune prodige de l’informatique

Aaron Swartz est le fondateur de demandprogress.org qui à lancé la campagne contre SOPA/PIPA aux états-unis, soutenue par plus d’un million de membres. Auteur de nombreux articles, il est devenu membre du Harvard Ethics Center Lab on Institutional Corruption.

Il a également développé le site theinfo.org et son article « Who Writes Wikipedia » a été largement cité. Actifs dans les normes du web et travaillant avec Tim Berner Lee au MIT (2010-2011), Aaron a participé à l’élaboration de la spécification du format RSS dès l’âge de 14 ans et est devenu membre du W3C et du RDF Core Working Group.

En 2004, le créateur de Markdow John Gruber le remercie énormément pour ses commentaires, ses idées et ses tests sur la syntaxe Markdown. Aaron Swartz est le créateur du très pratique html2text permettant de transformer du code HTML en fichier Markdown.

Il est co-fondateur de Reddit en 2005, qu’il développe avec son framework Python web py (également utilisé sur Local.ch).

Sensible aux questions d’accès au savoir et supporter de l’Open Access), il a dirigé le développement de l’Open library en 2006. Il est aussi l’auteur de Jottit en 2007, un générateur de site web ultra simplifié.

Le 19 juillet 2011, il est accusé d’avoir téléchargé près de 5 millions d’articles issus du système d’archivage de publications universitaires et scientifiques JSTOR. Après révélation de ses agissements (via le blog Alex Stamos), Aaron retourne ses disques durs (en promettant de ne pas les diffuser) et JSTOR décide alors de ne pas entamer de poursuites judiciaires. Néanmoins, le bureau du procureur et le MIT maintiennent leurs poursuites.

Le 11 janvier 2013, Swartz se suicide à l’âge de 26 ans par pendaison dans son appartement. Son procès fédéral en lien avec ces accusations de fraude électronique devait débuter en février. Il encourait une peine d’emprisonnement pouvant atteindre 35 ans et une amende s’élevant jusqu’à 1 million de dollars. Dépressif depuis plusieurs années, sa famille dénonce la pression du système judiciaire américain à son encontre.

Aaron Swartz s’efforcait de construire un monde meilleur et plus ouvert, d’ailleurs certains le définissent déjà comme un martyr du combat pour la libération de l’accès aux oeuvres et au savoir.

Plusieurs initiatives ont vu le jour à la suite de son décès : des chercheurs publient leurs travaux en accès libre en forme d’hommage à son engagement, sur le site Internet PDFTribute.net à travers le hashtag #PDFTribute sur Twitter.

Au génie d’Aaron, en espérant qu’il ne soit pas mort en vain.

Leave a comment

  • *